Le RASSOP ou la révolution qui bouffe ses meilleurs enfants 

By Rédaction Actualité.cd 
6 juin 2017

Tribune.

Au terme d‘âpres négociations conduites par la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement (RASSOP) et toutes les autres forces politiques et de la société civile nationales sont parvenus à l’Accord de la Saint-Sylvestre 2016 qui réaffirmait de façon solennelle la volonté du peuple congolais d’aller aux élections en 2017 pour qu’enfin s’opère en RDC le premier transfert pacifique du pouvoir suprême entre le Président sortant et le successeur à élire.

Pour y parvenir, un gouvernement d’union nationale devait être installé dans le seul but de réunir toutes les conditions nécessaires qui permettraient d’offrir au peuple des élections apaisées et crédibles; gage de toute stabilité sur toute l’étendue du territoire national sur le plan sécuritaire et économique.

Au regard de ce grand défi, immense a été notre déception de voir le débat politique se réduire à de simples querelles d’hommes, des luttes mesquines de positionnement pour des intérêts tout à fait personnels au lendemain de la disparition de feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba, très loin des vraies préoccupations de la majorité de nos populations.  La mort de ce grand homme ayant enclenché une vraie fuite en avant au Rassemblement, les querelles intestines intervenues au sein du groupe, exacerbées par la mauvaise foi de la Majorité Présidentielle, ont retardé l’exécution de l’Accord de la Saint-Sylvestre et, surtout, réduit son prestige sur le plan national et international; tuant quasiment tous les grands espoirs suscités pour tout un pays le jour du nouvel an 2017. Un vrai gâchis !

Nul n’ignore que du vivant d’Etienne Tshisekedi les membres du RASSOP incarnaient la vraie opposition qui, dans le contexte de notre pays, avaient le devoir de se démarquer, de faire preuve d’oubli de soi et d’opérer des choix politiques guidés par le souci de remettre sur le rail ce pays continent par la bonne gouvernance. Nous constatons avec amertume que cela n’a pas été le cas, loin de là ! En effet, c’est dans l’opacité et les intrigues que le RASSOP a géré les grandes questions de l’heure ; et c’est dans les mêmes conditions qu’il a pris ses grandes décisions politiques des derniers mois, faisant naitre en son sein de vives tensions qui ont fini par avoir raison de la cohésion interne d’un groupe qui n’est plus que l’ombre de lui-même aujourd’hui.

Tout cela, parce que certains membres du RASSOP ont prématurément fait du groupe leur plateforme électorale. Ce qui lui a fait cesser d’être le RASSEMBLEMENT DE TOUTE L’OPPOSITION que feu le Président Tshisekedi avait mis sur orbite à Genval et dirigé de mains de maître depuis juin 2016.

Ayant opéré cette dangereuse mutation et fondamentalement changé d’identité, le RASSOP est devenu le lieu de confrontation d’ambitions personnelles concurrentes et a commencé à
«manger» ses meilleurs et plus prestigieux enfants comme c’est le cas dans plusieurs
«révolutions».

Certaines victimes ont été frappées plus impitoyablement que d’autres, à force de campagnes de dénigrement, d’intox, et de divisions internes savamment orchestrées et entretenues de l’intérieur même du RASSOP. Ainsi, des dissensions artificielles et factices suspensions et radiations ont été créées pour miner la Dynamique de l’Opposition.

Les manœuvres et attaques politiciennes internes contre Freddy Matungulu Mbuyamu Ilankir ont été les plus sournoises et dévastatrices, conséquence du dévolu jeté sur lui par les plus importants partenaires extérieurs du pays pour diriger la transition en qualité de Premier ministre.

Pour contrer la préférence des partenaires, une vraie armée d’internautes malveillants, nourris aux mamelles du Rassemblement, a été levée pour salir l’image du Professeur sur la toile. L’expertise de Freddy Matungulu ne pouvant être remise en cause, il fallait créer le doute sur sa réputation de technocrate intègre, à tout prix. Des soi-disant journalistes d’investigation ont ainsi été payés et lâchés sur Twitter, Facebook et YouTube pour raconter des sornettes contre lui et alimenter des rumeurs sur sa prétendue corruption par la kabilie. Même des journaux ayant pourtant pignon sur rue de longue date en RDC se sont, fort malheureusement, mêlés à la danse.

A notre grand étonnement, les attaques se sont poursuivies et renforcées après le retour du Professeur au siège du Rassemblement à Limete au mois de mars dernier.

Dans ces conditions, nombreux sont les membres de Congo Na Biso qui s’interrogent sur la pertinence de continuer d’appartenir au RASSOP, ce regroupement politique très fragilisé que nous avons rejoint avec enthousiasme l’an dernier, mais dont de nombreux membres influents sont aujourd’hui si ouvertement hostiles à notre Autorité morale.

Fait à Ottawa, le 26 mai 2017

Jacques Kasongo
Président de CNB/Ottawa, Canada

3 réflexions sur “Le RASSOP ou la révolution qui bouffe ses meilleurs enfants 

  1. Bien cher Jacques,
    J’apprécie vos analyses et C’est dommage que la vision et le combat d’une vie de notre patriarche Tshisekedi soit saborder par ceux là qui ont fait du Rassop leur espace d’envol électoral et créer la zizanie par des stratégies d’exclusion et de fragilisation des ténors qui pourtant avaient la faveur du peuple et des partenaires extérieurs tel que le Président Matungulu. Non seulement ils sont tombés dans la fosse creusée par la majorité qui a contribué à la fragilisation du Rassop à coup des dollars aussi par leurs intrigues. Ils ont casser la forte dynamique de mobilisation de la population avec les accords de Saint Sylvestre. Maintenant que reste t il du Rassop, sauf le G7 et quelques suiveurs des billets verts de katumbi.
    Mais le peuple n’est pas dupe et c’est le moment que nous de CNB devons renforcer notre capacité de rassemblement pour faire de notre parti un parti de cohésion populaire et de rassemblement de tout les déçus des intrigues du palais. Ceci passe évidement par notre soutien à notre Cher Président qui est la cible des chiens de Pavlov.

    Que vive la RDC
    Que vive CNB

    J'aime

  2. Bravo mon chèr Jacques kasongo pour cette analyse. Le rassop est une imposture et même une distraction. Nous de cnb devons chercher des (des femmes et hommes d’états ) crédibles alliés au sein des partis politiques de MP , rassop et de la société civile pour aller aux élections avec la chance de victoire. On doit oublier le rassop. Depuis le début et même dans mes commentaires précédents, je n’apprécie pas le fonctionnement de ce « sinistre banderole  » qui est le rassop. Exemple : la dernièr appel pour la marche du 10 avril 2017.Là veille cad Félix Tshilombo tshisekedi (conférence de presse ) appelle le rassop et le peuple à la marche et le même jour, sans informer les autres dirigeants, il va voyagé. QUEL MÉPRIS ! !!. RÉFLÉCHISONS TOUS SUR LE FUTURE DE CNB .SOUTENONS LE PROF FEDDY MATUNGULU ILANKIR. VIVE CNB , VIVE la RDC !

    J'aime

  3. Voilà le moment propice pour resserrer les rangs de Congo na Biso (CNB) par la création de notre plate forme électorale pour soutenir notre autorité morale, le Prof Matungulu Mbuyamu Ilankir; par la conquête d’autres partis politiques pour faire équipe avec nous; par la conquête de la société civile et d’autres forces vives de la nationale pour renforcer notre position et soutenir notre projet de société.

    C’est aussi l’occasion de mobiliser nos camarades, nos militants pour l’enrôlement massif et être en ordre utile de bataille pour les enjeux électoraux en vue.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s